Le massage à la demande est plus proche du client

Vendredi 29 Mars


Est-ce que le massage à la demande est ridicule ? Bien sûr que non, et d’ailleurs je vois de plus en plus de professionnelles accepter ce type de service. Il y a 5 ans de cela, recevoir la masseuse chez soi était un luxe, et le prix l’accompagnait évidement. Aujourd’hui, sans être courant non plus, ce type de rendez-vous s’est démocratisé, sauf peut-être dans les grandes villes comme Paris, Nantes ou Lyon. Il semblerait que les intervenantes préfèrent se déplacer à l’hôtel, ou travaillent en Institut. Mais l’hôtel permet aussi le massage à la demande.  


Avec le massage à la demande, c’est dans les 4 heures !

Un rendez-vous à court terme

S’il existe des plateformes pour la réservation de nombreux types de services de bien-être, du yoga à l'acupuncture en passant par les massages, la majorité des clients adeptes du à la demande veulent un rendez-vous tout au plus en moins de 4 heures. Mais cette industrie n’est toujours pas conçue pour prendre des rendez-vous le jour même et à la demande.  C'est pourquoi la présence du site eSensuel fait tout son sens !  

Le bienfondé du site de massages à la demande

Cette année 2019 est dans la suite exacte de 2018 : une période grisante pour l’industrie du massage à la demande. Notre site bouleverse toutes les industries traditionnelles, notamment les réservation pour des séances de spa avec massage.  

Ce qui me plaît toutefois, est qu’il n’apporte aucune perturbation, même pas aux hôtels qui proposent leurs propres services de massage. Bien entendu, la prestation sur-mesure est absente de leur carte, ce qui permet d’esquiver cette concurrence. Les hôtels 3 étoiles sont les plus coriaces à convaincre, et ils participent grandement à la délocalisation du service à la demande vers le domicile du client, en raison de leur comportement.  

Mon expérience du massage à la demande

Passer au grill de l’accueil…

J’aborde ce sujet, parce qu’hier j’étais dans un hôtel de bon standing, et ma prestataire était commandée pour après dîner. Quand elle est arrivée, elle a souhaité que je l’accueille dans le hall, histoire de ne pas avoir à rendre de comptes à l’accueil. C’est qu’elle était très féminine, à la hauteur de la commande sur mesure pourrais-je dire. Ce n’est pas que je suis pénible, mais il y a des choses que j’aime et d’autres que je n’aime pas. Payant, je ne souhaite avoir que ce que j’aime !  L’employée de l’accueil l’a regardée avec du feu dans les yeux. C’était court, mais j’ai senti le message qu’elle lui faisait passer.

D’accord, mais où est le rapport avec le service à la demande à domicile ? j’ai tout simplement évoqué avec la prestataire ce que j’avais ressenti dans le hall de l’hôtel, et elle m’a expliqué qu’à part dans les établissements de très haut standing, elle est souvent réprouvée du regard au niveau de la zone d’accueil. Ça coince dans les 3 étoiles. Et que c’était sans doute la raison qui engageait de plus en plus les masseuses à exercer au domicile du client.
 

Guider ou être à l’écoute

Je parle également du service à la demande, parce qu’il existe une grande différence entre une masseuse exerçant chez elle, et une prestataire acceptant de se déplacer. De mon expérience, elle est plus un guide qu’à l’écoute, et c’est dommage. J’ai connu des exceptions, et il se trouve qu’elles débutaient toutes plus ou moins dans la profession. Après quelques années, elles sont beaucoup plus directives et enchaînent les exercices pour arriver avec assez d’exactitude au bout de l’heure.  A l’inverse, lorsqu’elles se déplacent à domicile, je trouve qu’il y a un plus libre échange, et la notion de service est davantage dans l’écoute et le sur mesure. Elles ont plus de temps à vous consacrer également. C’est ce que j’appelai à la demande. Celles se déplaçant à l’hôtel sont également bien à l’écoute.    



S’agissant d’oreilles justement, il est plus compliqué de se laisser aller oralement à l’orgasme dans une chambre d’hôtel qu’à domicile. Tous les points positifs semblent converger vers le service à la demande chez le client…